La cloche de la chapelle de Chandolin, Notre-Dame des Corbelins

par Anne-Gabrielle et Nicola-V. Bretz-Héritier
novembre 2020

Où est le clocher de la chapelle ?

La chapelle de Chandolin présente la particularité de n’avoir pas de clocher. Celui-ci était érigé au village, en face de la Grande Maison, au nord de la route près de la laiterie devenue Maison villageoise. Autrefois, il était primordial que les villageois entendent le son de la cloche (sonnerie de l’Angélus, appel à la messe, tocsin, glas…). En 1946, lors de l’élargissement de la route du Sanetsch, le clocher a été démoli et reconstruit contre la façade est de l’école; la flèche a été refaite à l’identique. L’avant-toit de l’école a été découpé en conséquence. Actuellement, le clocher est situé à 460 m à vol d’oiseau de la chapelle, à 530 m en suivant la route, ce qui est peut-être bien un record de distance chapelle-clocher. Le toit du clocher est recouvert de bardeaux. Il a été remis à neuf en 1998.

La cloche de 1663

La cloche est suspendue à un joug en bois. Les ferrures sont décorées de boutons végétaux identiques à ceux qui ornent la grille de la chapelle. La cloche est munie d’une couronne de six anses à mascarons (voir ci-contre). Elle est décorée sur le haut d’une frise d’arabesques et porte sur le pourtour la date de fonte et l’inscription latine : « A·D 1663 * OMNIS SPIRITUS LAUDET DOMINUM ». A·D est l’abréviation de Anno Domini, c’est-à-dire en l’An du Seigneur 1663. Le texte vient du psaume 150 en latin, verset 6 : « Que tout ce qui respire loue l’Éternel. »

A défaut d’acte de fondation archivé, la date admise pour la construction de la chapelle de Chandolin est 1666. Cette année est gravée sur la pierre à gauche de la grille de la chapelle, au-dessus du bénitier. La cloche de profil dit gothique est donc trois ans plus âgée.

Quatre médaillons complètent la décoration sur la robe :

–  face ouest, le portrait de profil d’un homme, tourné vers la droite,
–  face nord, l’écu écartelé du fondeur (HIL. PROVENSE), les deux quartiers de gauche étant illisibles,
– 
face est, le portrait de profil d’une femme, tournée vers la gauche,
–  face sud, le buste d’un homme, tourné vers la droite, avec croix.

Deux des médaillons sont entourés par l’empreinte de deux feuilles de sauge. Les deux autres par des feuilles d’acanthe disposées en croix. Les personnages sont difficilement identifiables. Selon Aline Héritier, ces profils militent plus en faveur de personnalités de l’époque – peut-être les parrain et marraine de la cloche – que de saints.

Le fondeur Hil. Provense

Selon l’Armorial de la Bourgeoisie de Sion, le fondeur et orfèvre Hildebrand Provensy (Hilaire en français) est reçu bourgeois en 1648, puis conseiller en 1652. Les armoiries décrites (voir p. 64) ne correspondent pas à celles qui apparaissent sur la cloche (couronne de laurier et cœur). En 1948, Pierre Bouffard présente une étude de l’église de St-Pierre de Clages et décrit une cloche du même fondeur, datée de 1664.

La cloche de la chapelle Sainte-Anne à Molignon a aussi été fondue par H. Provense. Un article de Conrad Curiger nous renseigne sur le sujet (lire l’article au fond de la page).

 

Notre-Dame des Corbelins

Prix CHF 30.–

Édition 2020 à l’occasion de la Fête-Dieu à Chandolin et de la rénovation de la chapelle

112 pages, format A4, album spiralé

300 photographies anciennes et actuelles, documentation (articles de presse, fac-similés, flyers, archives, texte de conférence)

Vidéo Album « Notre-Dame des Corbelins » (2020)

A observer

  • Les boutons floraux de la grille de la chapelle Notre-Dame des Corbelins à Chandolin (Savièse)
  • Les boutons floraux qui ornementent les ferrures qui supportent la cloche de 1663
  • Sur la grille, les décorations « feuille de vigne » sont postérieures à 1965.

 

Des similitudes entre la chapelle Sainte Anne à Molignon (Sion) et Notre-Dame des Corbelins à Chandolin (Savièse)

  • Grille et motifs (cœur et roues qui symbolisent le temps qui passe et le retour des saisons)
  • Croix au sommet de la flèche du clocher