Patois de Savièse : dictons et pensées

PROPOSEZ…

UN MOT PATOIS À SAUVER,

UNE EXPRESSION À DÉCOUVRIR,

UNE RÈGLE DE GRAMMAIRE À COMPRENDRE,

UN DICTON OU UNE PENSÉE À TRADUIRE…

Merci d’envoyer votre proposition…

Nous la mettrons prochainement en lien.

Vous souhaitez traduire et écrire un mot ou une phrase en patois de Savièse. Nous le faisons pour vous sur demande…

 

Le catalogue RERO propose la version pdf des « Dictons de Savièse », Basile Luyet, 1926; le texte intégral des « Légendes de Savièse », Basile Luyet, 1923-1924, tiré des Archives suisses des traditions populaires.

Ce que tu as, beaucoup peuvent l’avoir. Mais ce que tu es, personne ne peut l’être. (sur FB) Chin kyé t’a, peskyé tui pouon a.i. Ma chin kyé t’é, nyoun pou étre… [proposé le 11 septembre 2015]

La conscience est la lumière de l’intelligence pour distinguer le bien du mal. Confucius

I conchyinse l’é i clètra dé ou‘espri pó féré a diférinsé ëntre chin kyé l’é byin é chin kyé l’é maoue. (L’Ami du Patois, déc. 2014, 25 pensées sur le thème de la lumière) [proposé le 30 novembre 2014]

Féré bachye chin kyé n’oun di paé pó ou‘itrisitéi ën n-ënpléin dé ouanpyé LED. Réduire la facture énergétique en utilisant des lampes LED (sous 26 janvier).

Mëndjye dé corteladzó oun dzò pé chenan.ne. Instaurer une journée végétarienne par semaine (sous 23 février).

Prodouere méimó ou‘itrisitéi avouéi ó chooue. Devenir producteur d’énergie en investissant ou en louant une installation solaire (sous 8 mars).

Mouin ënprindre dé ouanpyé poblekyé ó néi pó economijyé é pó ky’i néi fooueché pa clada cómin i dzò. Réduire l’éclairage nocturne pour faire des économies et éviter la pollution lumineuse (sous 5 avril).

Calendrier du développement durable Valais-Wallis (2013), traduction de 26 phrases en patois de Savièse par A. Bretz. [proposé le 17 août 2014]

I l’a dé dzornié fété avouéi dé piti rin, dé dzornié kyé n’oun ch’ënchouën grantin, chën ky’oun pooueché vrémin cha.i pòrkyé. « Il est des journées faites de petits riens, des journées dont on se souvient longtemps, sans que l’on puisse vraiment savoir pourquoi. »

Marc Lévy (1961), « Le Premier Jour » (2009) [proposé le 2 mai 2014]

Un proverbe saviésan… pour le carnaval d’autrefois…

Che oun feoué ó dzò dé camëntran, é raté tsaplon ó fi. Si on file le jour de carnaval, les souris mangent le fil [parce qu’on a les mains graisseuses et on enduit le fil – on mange gras en vue du carême].

Proverbes saviésans, selon Basile Luyet, 1926 [proposé le 23 février 2014] – lire notre article sur le carnaval (Journal de Savièse, janvier 2014).

« Boundzò a té byó veouadzó / A pya dou grou mótéi / Nó chin parti contin d’ëntchyé nó / Ma pa pó tsoca d’éivoue / Nó venyin chela pó tsanta / O Boun Djyo é sti pai / Partadjye ona cópa / É ëntèrva nó j-ami.

Ref. Profitsin pye dé sti byó dzò chën fan chën chi  / Nó dijin mèrsi é nó vouardéran pó tòrdzò oun bon chouini dé vó é j-ami. »

Bonjour à toi beau village / Au pied du grand mont / Nous sommes partis contents de chez nous / Mais pas pour boire de l’eau / Nous venons ici pour chanter / Le Bon Dieu et ce pays / Partager une coupe / Et interroger nos amis.

Ref. Profitons donc de ce beau jour sans faim sans soif / Nous disons merci et nous garderons pour toujours un souvenir de vous les amis.

Chant (1er couplet) composé par Fernand Luyet, pour la Cécilia qui se rendait à un festival… [proposé le 14 janvier 2014] Tiré de « Le Patois de Savièse », tome 3, 1999.

« Pó tótchye ó coo di Chavyejan, i fóou aa derën ou coo dé rloo venyé.

Pour atteindre le coeur des Saviésans, il faut plonger au coeur de leurs vignes. »

Entendu au Marché de Noël, Zambotte, 30.11.13. [proposé le 13 décembre 2013]

« Pó é Chavyejan, i rómani iré ënpòrtin ó dzò di nósé. Ire i cotoma d’epënga ona brantséta dé rómani chou ó paouetó di j-ómó ou bën chou ó mandzon di marin·né. I rómani rapeouaé i j-epou é a tui é j-ënvitéi kyé fóou vvre fidéouamin.

Pour les Saviésans, le romarin était important le jours des noces. C’était la coutume d’épingler une branchette de romarin sur le veston des hommes ou sur la « veste » du costume féminin. Le romarin rappelait aux époux et à tous les invités qu’il faut vivre fidèlement. »

« Plantes sauvages et cultivées de Savièse », 2003, p. 138. [proposé le 27 mai 2013]

Ecouter Fabienne Luyet, invitée des DICODEURS à Sion, le 7 janvier 2004, RTS.

L’é a fën dou traó sti dichyónéró kyé tó cóminsé. C’est à la fin du travail pour [l’édition] de ce dictionnaire que tout commence. « Lexique du Parler de Savièse » (2013), p. 911, Anne et Nicola [proposé le 19 novembre 2013]

La connaissance donne le pouvoir, mais la force de caractère entraîne le respect. Bruce Lee. Variantes :

  • Chai balé dé pooui, ma i foche dou caratéró ateryé ó réspé. (litt. Savoir donne du pouvoir, mais la force de caractère attire le respect)
  • I cónyéchanse balé dé pooui, ma… (La connaissance donne du pouvoir, mais…)
  • Chai balé dé pooui, ma ai dé caratéró… (litt. Savoir donne du pouvoir, mais avoir du caractère…)

[proposé par Lucien le 21 mars 2013]

Vis au présent en tenant compte de ton passé et en regardant vers le futur. Variantes :

  • Vi óra ën n-oublin pa ó pacha é ën veryin é j-oué dou byéi dé chin kyé va aróoua. (littéralement : Vis maintenant en n’oubliant pas le passé et en tournant les yeux du côté de ce qui va arriver)
  • Vi óra ën n-oublin pa ó pacha é ën radin totin ën déan. (litt. : Vis maintenant en n’oubiant pas le passé et en regardant toujours en avant)
  • Vi óra ën n-oublin pa ó pacha é ën chondzin a déman. (litt. : Vit maintenant en n’oubliant pas le passé et en pensant à demain)

[proposé par Lucien le 21 mars 2013]

Chéi tòrdzó prèste pó aprindre, mënmamin che an·mó pa tòrdzó ky’oun me baleché dé ouéson.

Je suis toujours prêt à apprendre, bien que je n’aime pas toujours qu’on me donne des leçons. Sir Winston Churchill

[proposé le 16 janvier 2013]

Quelques proverbes saviésans… FIN DU MONDE…

  • I fën dou moundó l’é tui é dzò. La fin du monde est tous les jours.
  • I fën dou moundó vëndré can é tsaré pachéran chën tsooua ina a son di mountanyé. La fin du monde viendra quand les chars passeront sans cheval au sommet des montagnes.
  • I fën dou moundó arououéréi can i Féita-Djyo é Chën-Djyan che récontréran. La fin du monde viendra quand la Fête-Dieu et la Saint-Jean (24 juin) se rencontreront. [La Fête-Dieu s’est déroulée le 24 juin 1886 et 1943… à venir le 24 juin 2038… 1x par siècle.]
  • Can vëndré i fën dou moundó, é bon tséran tui a onbra d’oun n-abró. Quand viendra la fin du monde, les bons pourront tous être mis à l’ombre d’un arbre.

Proverbes saviésans, selon Basile Luyet, 1926 [proposé le 21 décembre 2012]

L’a catró adjyó drën a vya dé ómó : ché can cri ou Popoun Jézo; ché can cri pa méi ou Popoun Jézo; ché can l’é i Père Nóèle; ché can i rechënblé ou Père Nóèle.

Il y a quatre âges dans la vie de l’homme : celui où il croit au Père Noël; celui où il ne croit plus au Père Noël; celui où il est le Père Noël; celui où il ressemble au Père Noël.

Remarque : en vieux patois, Noël = Tsaouindre; quand il s’agit de la croyance des enfants, on parle du Popoun Jézo = Enfant Jésus qui apporte les cadeaux; actuellement, pour parler du Père Noël, on utilise le néologisme Père Nóèle (pas usité Pare Nóèle).

Anonyme [proposé le 20 novembre 2012]

To pou pa tsandjye chin kyé l’é pacha é to cha pa chin kyé va aróoua. Vi óra, an·mé ou móman préjin (an·mé voui), l’é i chooue fason pó pa ini maadó. To veréi prou déman chin kyé té réjêrvon é dzò kyeën.

Le passé tu ne peux pas le changer et tu ignores tout du future. Vis au présent, aime au présent, c’est la seule solution pour ne pas tomber malade. Tu verras bien demain ce que l’avenir t’a réservé.

Xavier de Moulins (1971), « Ce parfait ciel bleu » (2012) [proposé le 12 octobre 2012)

Drën tsekyé famele, i l’a dé moundókyé rechënblon a de piti bóouon kyé conton pa, é pòrtan, chën rloo, i l’a pa méi dé vya pochiblò, pa méi d’amour, pa méi dé cafóouéi, pa méi dé féité, pa méi dé clèrta pó éclèrye é j-atró.

Dans chaque famille, il y a des gens qui ont l’air de petits boulons insignifiants, et pourtant, sans eux, il n’y a plus de vie possible, plus d’amour, plus de rire, plus de fêtes, plus de lumière pour éclairer les autres.

Katherine Pancol (1954), Les Yeux jaunes des crocodiles (2006) [proposé le 19 août 2012]

Chéi vrémin chouee kyé tsekyé adzó ky’oun n-ómó chori é myó ouncó can fé dé cafóoué, i mé cakyé tsóoujé ën pló drën a ondjyou dé cha vya.

Je suis persuadé que chaque fois qu’un homme sourit et mieux encore lorsqu’il rit, il ajoute quelque chose à la durée de sa vie.

Lawrence Sterne (1713-1768) [proposé le 24 juillet 2012]

L’é plin dé tsëncanyé oun bonoo. C’est plein de disputes un bonheur.

Jean Anouilh, Antigone (1942)

I bonoo l’é byin oun préjin (oun cadóou) dou Boun Djyo. Le bonheur est bien un présent divin.

Aristote, Ethique et Nicomaque [proposé le 5 juillet 2012)

N’oun pou kita a têra kyé nó j-a bala ó dzò : A ouinga da mare, chin di che vouarda tòrdzò.

Traduction littérale. On peut quitter la terre qui nous a donné le jour : La langue de la mère [langue maternelle], cela doit se grader toujours.

Père Zacharie Balet (1906-1999), Almanach (1940) [proposé le 17 juin 2012]

Nó diin tróoua ó tin dé nó jé rada ën fase pó déré boundzò, pó partadjye ënsibló ona vouarba drën a joué, pó étré chin kyé nó j-infan atinjon dé nó.

« Nous devons trouver le temps de nous regarder en face pour nous échanger un bonjour, pour partager ensemble un moment de joie, pour être ce qui nos enfants attendent de nous. »

Mère Térésa, clin d’oeil au travail du groupe de Diaconie de Savièse [proposé le 13 juin 2012]

Jésus, to parté ina ou paradi,    Jésus tu monte au ciel,

T’éi aróoua ou son da pló ouate moutanye :    Tu as atteint le plus haut sommet :

I mijon dou Pare.    Ta demeure auprès du Père.

Nó té rémachyin, Boun Djyo, óra é pó tó ó tin,    Nous te rendons grâce

To nó jé fé ini ën comonyon avouéi té    Tu nous attires en communion

Ën nó jé balin toun n-Espri.    En nous faisant don de ton Esprit.

Nó té bénichin, Boun Djyo, óra é pó tó ó tin,    Nous te rendons grâce

 

To nó j-ënvouié chou é róté dou moundó :    Tu nous envoies sur les routes humaines :

Féré kyé tó chin kyé to nó j-a bala venyéché tòrdzò adéméi gran é byó    Faire fructifier tes dons

Métré ta paróoua é toun n-éxinpló    Inscrire ta Parole et ton témoignage

Drën a vya dé tui é j-ómó cho sta têra,    Au coeur de la vie

Avouéi a pachyinse da foué    Dans la patience de la foi

É ou‘ënpachyinse dé chin kyé l’é jostó é bon…    Et l’impatience de la justice….

Nó té loouin, Boun Djyo, óra é pó tó ó tin.    Nous te rendons grâce.

Méditation en patois prononcée par l’abbé Bernard Dubuis, messe télévisée de l’Ascension, Savièse, 17 mai 2012 [proposé le 18 mai 2012]

Drën y vya, la davoué chôrté dé pèrchon·né : fé kyé radon ó moundó cómin l’é é che demandon pórkyé. Fé kyé chondzon ou moundó cómin i devri étré é kyé che dejon : pórkyé pa ?

« Dans la vie, il y a deux catégories d’individus : ceux qui regardent le monde tel qu’il est et se demandent pourquoi. Ceux qui imaginent le monde tel qu’il devrait être et qui se disent : pourquoi pas ? »

Georges-Bernard Shaw [proposé le 8 mai 2012]

« Ce dont nous avons besoin est d’aimer sans nous épuiser. » Mère Térésa

Chin kyé n’in béjouin l’é d’anma ën contenoouin trankilamin d’avanchye.

RTS1, 3 janvier 2007, « Une goutte d’eau dans la mer », Jean-Marce Richard au home de Zambotte (Savièse)

Thème le bénévolat [proposé le 25 avril 2012]

Che vó chondjye kyé vou‘éité troua piti pó tsandjye cakye tsóouja, apróoua é pye dé dromi avouéi oun mochelon… é vó veréi kyën di dóou ënpatsé ou‘atre dé dromi.

« Si vous avez l’impression que vous êtes trop petit pour pouvoir changer quelques choses, essayez donc de dormir avec un moustique… et vous verrez lequel des deux empêche l’autre de dormir. »

Le Dalaï Lama [proposé le 16 avril 2012]

Can mêe ron é pon, avrile é j-apon. Quand mars rompt les ponts (de glace), avril les relie (retour du froid).

Plodze d’avri va méi kyé to ôo é ou’ardzin dou pai. Pluie d’avril vaut plus que tout l’or et l’argent du pays.

Proverbes saviésans, n° CF9, CF11 [proposé le 12 avril 2012]

« Nóoutra bóna chiba l’é conpójaé dé ristou. Can n’oun vi oun veró, fóou biré oun cóou. Pó terye a chiba, nó chin pa é plo famoo, ma pó terye a bóche, nó chin é meloo. »

Notre bonne cible est composée de ristous. Quand on voit un verre, faut boire un coup. Pour tirer à la cible, nous ne sommes pas les plus fameux, mais pour tirer au tonneau, nous sommes les meilleures.

Joseph Luyet, instituteur à Saint-Germain, couplet d’un chant tiré d’une lettre à un ami émigré en Argentine (9 juin 1879), Fou kyé chon parti, Equipe J.E.U.N.E.S., 1991 [proposé le 20 mars 2012]

L’é byin véréi kyé nó diin chondjye ou bonoo di j-atró; ma nóun di pa prou kyé chin kyé nó pouin féré dé myó pó fou kyé nó jé an·mon, l’é ouncó d’étré ourou.

« Il est bien vrai que nous devons penser au bonheur d’autrui; mais on ne dit pas assez que ce que nous pouvons faire de mieux pour ceux qui nous aiment, c’est encore d’être heureux. »

Emile-Auguste Chartier, dit Alain, Propos sur le bonheur (1928) [proposé le 14 mars 2012]

 

Expressions patoises pour dire JAMAIS, jaméi. Proberbes saviésans, n° BL545-550 [proposé le 6 février 2012]

  • Can i Roun·nó vëndré amou, quand le Rhône montera.
  • Can é dzenelé l’aran é din, quand les poules auront des dents.
  • I chenan·na di tré didzou, la semaine des trois jeudis.
  • O dzó dé Chën-Jaméi, le jour de Saint-Jamais.
  • Can é chapën che dépóléran, quand les sapins se dépouilleront.

« Nó chin fé pó ó bonoo. Djyon tui pèrtó, n’ën droué ou bonoo, profitchye dé sta têra, profitchye dou bonoo. I bonoo, kyé é-t-e ? I vré bonoo chon é chin kyé nó jé djyon chin kyé l’é. L’é i foué… I bonoo l’é dé che chinti cacoun ëntré é man dou Boun Djyo. »

Nous sommes créés pour le bonheur. On dit partout, nous avons droit au bonheur, [le droit de] profiter de cette terre, de profiter du bonheur. Le bonheur, qu’est-ce ? Le vrai bonheur, ce sont les saint qui nous expliquent. C’est la foi… Le bonheur, c’est de se sentir quelqu’un dans les mains du Bon Dieu.

Père Zacharie Balet (1906-1999), Tome 3, Le patois de Savièse, pp. 68-69. [proposé le 31 janvier 2012]

Ecoutez le Père Zacharie en patois de Grimisuat : il nous parle de la mort et du bonheur. Enregistrement de Paul-André Florey en 1998.

Fóou pa rémétr’ou ouindéman chin ky’oun pou féró dzó déean. Il ne faut pas remettre au lendemain ce qu’on peut faire le jour précédent.

Proverbe saviésan, n° BL453 [proposé le 25 janvier 2012]

« [I tchyévra] l’a pa tan jou oueji dé chondjye grantin. L’a avoui trepa deri le. L’é reveryaé dechobe é, a par d’oun bóchon, grou, ou‘êe métchyin, é j-orélé drité, ona groucha gôrdze : ir’i ou !

– Ha ! Ha ! Ha ! Bóépró, tchyévra a Chogën. L’a djya dóoutré dzó kyé t’atinjió. Can té viió ba ou pra apréi békyéoua, mé dijió : Tó ! Ouncóméi ona ké va ini che fóra derën a gôrdze dou ou ! L’a pa manca. »

[La chèvre] n’a pas eu tellement le temps de réfléchir longtemps. Elle a entendu marcher derrière elle. Elle s’est retourné subitement et à proximité d’un buisson, grand, l’air méchant, les oreilles droites, une grande gueule : c’était le loup !

– Ha ! Ha ! Ha ! Bonjour, chèvre à Seguin. Il y a déjà quelques jours que je t’attendais. Quand je te voyais en bas dans le pré en train de bêler, je me disais : Tiens ! encore une qui va venir se fourrer dans la gueule du loup ! Ça n’a pas manqué.

La chèvre de M. Seguin, traduction libre du conte d’Alphonse Daudet par le régent Hermann Bridy, « Le Patois de Savièse », tome 4, 2001, pp. 43-46. [proposé le 16 janvier 2012]

Sous le patronnage de la Fondation pour le patois. Livret-CD disponible dès le 29 juin 2012. Voir nos infos.

I bonoo vën pa a fou kyé ó t’atinjon achéta. Le bonheur ne vient pas à ceux qui l’attendent assis.

Lord Baden-Powell [proposé le 4 janvier 2012]

I ni l’a pa dé rachené. La neige n’a pas de racine.

Proverbe saviésan [proposé le 20 décembre 2011]

L’a kyé fou kyé ch’ën·nardon a rin kyé che tronpon pa ! Il n’y a que ceux qui ne s’enhardissent pas qui ne se trompent pas.

Proverbe saviésan [proposé le 18 novembre 2011]